"Voilà j’ai décidé de partir parce que j’en ai marre de mentir quand quelqu’un me demande si je vais bien, parce que vous êtes là sans cesse à m’obliger à avoir de bonne note alors que n’ai pas les capacités. Vous ne comprenez pas que je souffre, vous ne voyez même pas que je me mutile, vous ne comprenez pas que je pleure la nuit à en vider toutes les larmes de mon corps. J’en ai marre d’être regarder de la tête aux pieds dès que je sors dans la rue, j’en ai marre des gens qui se réjouissent du malheur des autres, j’en ai marre qu’on se moque de moi parce que je n’ai pas le même style que tout les autres ! On ne peut plus compter sur personne, je pensais avoir des amis, mais je me rends compte que quand j’ai besoin d’eux ils ne sont plus là. Je n’intéresse personne, je suis une fille banale qui n’a aucun talent, personne ne me remarque, alors pourquoi rester ici ? Au yeux de tous mon sourire est simplement vrai, mais non, je me force à sourire, parce que dans moi je suis éteinte. J’ai aidé mes sois-disant amis à ne pas quitter ce monde comme je vais le faire mais eux ne sont plus là pour m’en empêcher. Je vous remercie de m’avoir donné la vie, mais je n’ai pas la force de la continuer. Partir c’est la meilleure chose qui peut m’arriver. Je suis désolée de vous blesser, mais ma place n’est pas dans ce monde. Merci pour tout ce que vous avez fait pour moi, me nourrir, m’habiller, me soigner. Je vous aime, je vous surveillerai du ciel. 
Adieu.”

Mon avis c’est qu’on a toujours le choix sur la façon de raconter les histoires tristes. Si on veut on peut tout repeindre en rose, et se consoler des pires galère avec une de ses chansons préférées. J’aime bien cette version là, comme toute les filles, seulement ce n’est pas la réalité.

Nos étoiles contraires, Hazel Grace.